Un peu plus près des étoiles

 

Hier après-midi, les enfants handicapés, hospitalisés ou défavorisés ont eu la chance de réaliser leur baptême de l’air à l’aérodrome de Colmar. L’action était organisée par l’association "Les Chevaliers du Ciel".

 

Depuis 20 ans, l’association "Les Chevaliers du Ciel" organise l’opération Rêves de gosse, basée sur la solidarité, l’entraide et le partage qui milite pour l’acceptation de la différence. Hier, l’association a permis à près de 160 enfants d’effectuer leur baptême de l’air à l’aérodrome de Colmar.

 

Cette journée est le fruit d’un travail pédagogique qui a duré plusieurs mois, appelé «L’Action remarquable», au cours duquel des enfants “extraordinaires «touchés par le handicap ou la maladie», et des enfants «ordinaires» se sont rencontrés dans le cadre d’activités menées en commun.

 

L’opération Rêves de gosse se déroule sur toute la France du 6 au 14 mai. Partis vendredi de Lyon, les membres se sont arrêtés pour la 2e étape à Colmar hier. Ils passeront ensuite par 6 villes avant d’achever le tour à Toulouse. L’étape colmarienne était organisée par la Jeune Chambre Économique qui a contacté les établissements bénéficiaires. Ainsi, des enfants des collèges Saint-André, Molière et Victor Hugo, les écoles Steiner et Anne Franck, l’association Arame de Strasbourg ont pu s’envoler le temps d’une après-midi. Quelques jeunes de la Protection Juridique de Colmar ont également pu en profiter après avoir participé à l’organisation.

 

Pour patienter avant d’embarquer, les enfants et leurs parents ont pu profiter de nombreuses animations proposées au « Village » Rêves de Gosse assurées par les partenaires de la manifestation. Au programme : maquillage, séances photo, tours de magie. Puis le grand moment arrive. Dans la file avant de monter à bord des avions, l’excitation, la joie et parfois l’appréhension se lisent sur les jeunes visages. Après un tour d’une vingtaine de minutes dans les airs, les enfants remettent pied à terre le sourire aux lèvres. « J’avais une boule dans le ventre avant de partir et j’avais un peu peur quand on a décollé. Dans le ciel, ça allait mieux, mais ça faisait bizarre quand l’avion montait et descendait » raconte Clémence, 12 ans.

 

«Un super-cadeau»

 

Quelques mètres plus loin, Caroline et Fabien observent le décollage de l’avion dans lequel leur fils Paul, 10 ans, vient de monter. « C’est vraiment un super-cadeau. Quand on lui a proposé, la question ne s’est même pas posée, il a tout de suite voulu y aller ».

 

Pour permettre cette journée, une centaine de pilotes issus de 21 équipages de toute la France sont sollicités. Cela fait de nombreuses années qu’ils se mobilisent aux côtés des Chevaliers du Ciel. « Voir un enfant sourire, ça n’a pas de prix, en particulier quand c’est un jeune en difficulté » témoigne l’un des pilotes. Une après-midi riche en émotion pour les petits comme pour les grands.

 

Article paru dans le journal DNA
Edition du dim. 8 mai 2016